Personnels de l'université de Lille en lutte

Pour informer sur la lutte contre la réforme des retraites, et la défense de l'Etat social

Outils pour utilisateurs

Outils du site


start

ulille-lutte.frama.wiki_media_20210408_resultat_referendum_epe.jpgulille-lutte.frama.wiki_media_20210416_referendum_etudiant_epe.jpg


Notre communiqué de presse suite au référendum des personnels sur l'EPE

La presse se fait l'écho de notre mobilisation:

25 Avril 2021, La Voix du Nord: "Projet de fusion, l'Université de Lille et trois grandes écoles votent pour"

23 Avril 2021, AEF info: "Projet d’EPE à Lille : votes favorables à l’université, l’Ensait, l’ESJ et l’IEP, incertitude sur la position de l’Ensap"

21 Avril 2021, L'Humanité: "A Lille, l'Université refuse de passer au fil de l'EPE"

9 avril 2021, BFM TV: "Université de Lille: la fusion de la discorde"

9 avril 2021, Liberté Hebdo: "Grâce au référendum sur l'EPE, nous avons réinsufflé du débat autour du projet"

8 avril 2021, AEF info: "Université de Lille : 1 200 personnels (sur 7000) participent à un référendum et votent à 90 % contre le projet d’EPE" Article ici

5 Avril 2021: Article de L'Offensive: "Alerte EPE Université de Lille 2022: l'université publique est en danger"

3 Avril 2021: Article Voix du Nord: "Université de Lille: un collectif opposé à la fusion avec quatre grandes écoles a lancé un référendum"

30 Mars 2021: deux membres du collectif (étudiant et enseignant) répondaient aux questions des journalistes de RCF sur l'EPE(X) Lillois

29 Mars 2021: L'EPE Université de Lille 2022: un grand pas de plus vers la fin de l'Université Publique (article page 5 de la Fédération Syndicale Etudiante)

18 Mars 2021, AEF Info: "Université de Lille, un collectif hostile au projet d’EPE organise un référendum auprès des personnels" Lien vers twitter

Plusieurs députés et des partis politiques du Nord soutiennent la mobilisation contre l'EPE

 22 Avril 2021: La France Insoumise, Karima Delli et les candidats de la liste "Climat Emploi" présents en soutien aux étudiants et personnels mobilisés de l'Université de Lille qui alerte sur la nocivité du projet EPE

 22 Avril 2021: Message de soutien du député Adrien Quatennens à notre mobilisation contre l'EPE et la casse de l'Université Publique!

16 Avril 2021: Communiqué du PCF Nord (Section Université et secteur étudiant): Refusons la casse programmée de l'Université Publique de Lille !

14 Avril 2021: Adrien Quatennens affirme son soutien contre l'EPE qui prépare la casse de l'Université Publique

12 Avril 2021: Les députés du Nord A. Bruneel et F. Roussel soulignent les dangers de l'EPE et demande à JC Camart de suspendre sa mise en oeuvre pour organiser une vaste consultation.

Facultés et conseils centraux émettent leurs avis sur les statuts de l'EPE

* Les organisations syndicales s'indignent de ce vote au CA de l'Université de Lille

29 Avril 2021: Message de SUD Education: "EPE : malgré le vote honteux du 22 avril, rien n’est joué !"

29 Avril 2021: Communiqué de presse de la SGEN-CFDT

29 Avril 2021: Bulletin de la CGT: "La marche forcée vers l'EPE"

24 Avril 2021: Message du SNESUP-FSU: "L’École d'architecture rejette les statuts de l'EPE(x): une nouvelle fuite dans l'usine à gaz, explosion en vue?"

* 22 Avril 2021: Heureuse surprise, le CA de l'ENSAPL, suivant son CT, vote contre l'EPE. Les cartes sont rebattues: rien n'est joué!

Heureuse surprise : le CA de l’ENSAPL, suivant pour sa part l’avis défavorable de son CT (ce qu’a oublié de mentionner la Présidence d’ULille aux membres de son CA), a émis également un avis défavorable sur les statuts de l’EPE en n'obtenant pas la majorité absolue (10 pour, 9 contre, 1 abstention) d'après l'article L711-7 du code de l'éducation mentionné dans l'ordonnance régissant les EPE: “Les établissements déterminent, par délibérations statutaires du conseil d'administration prises à la majorité absolue des membres en exercice, leurs statuts et leurs structures internes, conformément aux dispositions du présent code et des décrets pris pour son application”. Ordonnance en accord avec le décret n° 2018-109 du 15 février 2018 relatif aux écoles nationales supérieures d'architecture.

Ainsi, les conseils centraux de l’Université de Lille et des Écoles qui restent participantes (après le départ de Centrale Lille, il ne reste plus que trois Écoles : l’ESJ, Science Po et l’ENSAIT) devront voter à nouveau sur un projet d’EPE actualisé dans un futur prochain.

* 22 Avril 2021: Malgré les avis défavorables du CAC, CHSCT et CT, le CA de l'Université de Lille se prononce pour l'EPE

Après les avis défavorables de multiples conseils de facultés, du Cac, du CHSCT et du CT, tandis que les étudiants alertaient devant le siège de la Présidence pour alerter sur la dégradation significative de leurs conditions d’étude et soulignaient l’urgence de demander des moyens au gouvernement pour préparer une rentrée dans des conditions dignes, le projet de statuts de l’EPE était soumis au Conseil d’administration. Les débats ne se sont limités qu’à quelques explications de votes puisque la durée de la réunion avait été limitée à une heure trente. Les élus CGT et FSU ont demandé que la vidéo de cette séance soit accessible et diffusée à l’ensemble des personnels afin que toute la transparence soit faite sur les votes et leurs motivations. Monsieur Camart a refusé sèchement cette transparence. Dans ce contexte délétère, nos représentants élus ainsi que les élus étudiants ont défendu au CA un modèle alternatif d’Université auquel les étudiants et bon nombre de personnels aspirent. Au terme d’un long travail d’analyse et de collecte d’information auprès de plusieurs EPE déjà en place en France, nos élus ont clairement démontré les dangers :

  • des dérogations au code de l’éducation possibles par la mise en place d’un EPE ;
  • de la remise en cause profonde de la démocratie universitaire (perdant notre souveraineté au profit d’un jury et de personnalités extérieures);
  • de la hausse des frais d’inscriptions;
  • du « saut dans l’inconnu », pour reprendre les propres mots de la présidence, que représente l’objectif d’un Grand Établissement à la fin de la période d’expérimentation en 2027.

Nous vous incitons fortement à lire le discours fédérateur de nos élus et leur présentation. Malgré toutes ces alertes pour défendre notre Université Publique, le CA de l’Université de Lille est resté sourd et a voté majoritairement pour le projet d’EPE (26 pour, 9 contre, 1 abstention).

* 22 Avril 2021 : Vote défavorable du CT à l'unanimité des organisations syndicales

Après avoir été une première fois à l’ordre du jour du CT du 13 avril 2021 qui avait dû être annulé suite à l’absence de quorum (visant à démontrer la désapprobation des organisations syndicales quant à la création de l’EPE), le projet de statuts a été unanimement rejeté le 22 Avril 2021.

* 20 Avril 2021: Le CHSCT exprime sa désapprobation sur le projet de statuts de l’EPE…

en raison des effets néfastes pour les conditions de travail de tous les personnels des restructurations menées depuis la création de l'université de Lille et à venir. Le CHSCT alerte sur les risques d'aggravation irrémédiable de la situation actuelle, engendrée par une fusion mal maîtrisée, génératrice d’organisations pathogènes dans de nombreux services et composantes. Le CHSCT rappelle l'employeur à ses obligations de procéder à l'évaluation des risques professionnels, à l’analyse des effets des restructurations à marche forcée sur les collectifs et à la mise en place des mesures de prévention adaptées.

Rappel de l'avis du CHSCT du 15 avril 2021 sur les fusions des composantes

*15 Avril 2021: Le CAc (Conseil Académique) se prononce contre les statuts de l'EPE.

Le CAc comprend la Commission Recherche et la Commission de la Formation et de la Vie Universitaire (CFVU). La règle de vote qui s'applique est l'article 16 des statuts de l’université (extrait) : « Les délibérations du conseil académique sont adoptées à la majorité des membres présents ou représentés » (et non des suffrages exprimés, ce qui exclurait les abstentions).

Dans aucun des conseils de faculté, le “pour” n'a emporté la majorité absolue des voix:

Depuis sa fusion, l'Université de Lille chute dans tous les classements internationaux: notre illustration en chiffres ici

Une révolution silencieuse de l'ESR à l'échelle nationale: et dans les EPE déjà en place, qu'en est-il? Ce n'est pas glorieux…

Plus de détails ici

8 Avril 2021: "Universités françaises: le rapport de l'Institut Montaigne, nouveau plaidoyer pour une hausse des frais de scolarité"

Compte twitter : @epexit_ Pour suivre l'actualité à chaud

Pourquoi refuser l’EPE en janvier 2022 ?

  • Les Facultés puis Universités lilloises souffrent d’un déficit endémique de financements et de postes d’enseignants-chercheurs et chercheurs depuis… 1918. A cette date, il fut en effet décidé d’éloigner les potentiels de recherche et d’industries sensibles de la frontière du nord (l’université de Lille avait été la seule à vivre l’occupation allemande). Depuis, les augmentations de postes se sont toujours faites en France au prorata des postes existants, laissant ainsi stable le faible pourcentage lillois. Les essais de compensation par installation de grands équipements (Soleil, etc.) ont échoué. Les conditions de travail des personnels n'ont cessé de se dégrader ( une évidente augmentation des risques psycho-sociaux avec la fusion prédite par le rapport d’audit CHSCT du cabinet SECAFI de 2017) et vont encore s'aggraver avec la mise en place de l'EPE ( sur l'aggravation des conditions de travail).
  • L’I-SITE est donc un apport pour notre Université, surtout dans un contexte où les Universités sont, hélas, classées en deux catégories, les « excellentes » et les autres. Sa création impliquait l’extension de son périmètre. Ne pas vouloir perdre le label I-SITE et les avantages qu’il apporte est un choix réfléchi. Il n’implique nullement que l’université se lance dans la création d’un EPE. Les paragraphes 1 et 2 du document détaillant les modifications des avants-projets des statuts en montrent tous les dangers quant à la perte de sa personnalité morale et juridique, à celle des franchises universitaires, à la dérogation au code de l’éducation, etc.
  • Le système universitaire français trouve sa faiblesse dans sa dualité: celle de la coexistence d’universités et d’Écoles. Quand elles font de la recherche, les Écoles dépendent souvent des laboratoires des universités et grands organismes. Vouloir réunifier le système n’est pas une mauvaise idée. Ceci peut demander temps, volonté politique et ne se fera pas sans douleur. Mais la solution d’intégration proposée par l’équipe de direction est à rejeter totalement en ce qu’elle préserve l’indépendance des Écoles, leur système sélectif, leurs droits d’inscription, tout en assujettissant l’université. C’est un système à deux vitesses, tant en recherche qu’en enseignement : c’est la destruction de la recherche publique indépendante, c’est la pérennisation des filières sélectives dans les Écoles et non sélectives dans l’université qui sont ici effectuées.
  • De plus, c’est à un jeu de dupes auquel on nous convie: même en adoptant cet EPE-là, Centrale continuera de vouloir être le pôle ingénierie de la région et, surtout, le gouvernement ne « s’engage » financièrement que pour un temps, celui de la prochaine évaluation, qui conduira à de nouveaux renoncements.


En conclusion, nous aimerions que notre direction d’université, dont l’excellence n’a pas été prouvée par la manière dont elle a mené la fusion (voir les rapports d’évaluations très critiques de l’inspection des Universités (des extraits ici) et de la Cour des comptes ( relayés par la presse), voir aussi la souffrance des personnels ( sur l'aggravation des conditions de travail )), ne conduise pas à la hussarde une telle réforme, en se reposant sur des administratifs et des cabinets de consultant ( notre enquête sur le cabinet Siris Academic , Appel d'offre pour la construction d'un établissement public expérimental (EPE) à Lille, Appel d'offre pour la mise en oeuvre de la subsidiarité à l'Université de Lille).

Ce cabinet espagnol est sollicité par beaucoup d’universités françaises concernées, ce qui ne garantit pas l’originalité de ses propositions. Nous proposons de remplacer ses préconisations stéréotypées par une réflexion politique menée par les acteurs que nous sommes.

Nous refusons donc le projet tel qu’il est proposé, estimons que la direction devrait faire preuve d’un minimum de clairvoyance, se persuade que l’on est plus respecté par les pouvoirs en inventant et argumentant, plutôt qu’en voulant se montrer bon élève et en se gargarisant de formules creuses de communication à la mode. Bref, nous voudrions que l’équipe de direction se comporte en stratège dans le but de préserver l’Université et étendre son indépendance par rapport au pouvoir politique. C’est toujours ce qu’avaient réussi à faire nos devanciers, depuis la fondation de l’Université au XIVe siècle, dans les pires tempêtes et les changements de régimes.

Pour plus de détails, consultez nos analyses :

Référendum des personnels et des étudiants sur l'EPE. La démocratie, organisons la nous-mêmes!

Notre tract d'appel au référendum L'affiche trop stylée

Vous êtes personnel ULille, VOTEZ-ICI !! (lien pour les personnels de l'Université de Lille)

En cas de souci, n'hésitez pas à nous contacter à l'adresse suivante : referendumepe.personnel.ulille@gmail.com

Ici, lien vers le vote pour les étudiants de l'Université de Lille En cas de souci, nous écrire à cette adresse: referendumepe.etudiant.ulille@gmail.com

Le seul candidat qui se positionne contre l'EPE est élu, haut la main, aux élections partielles au Conseil d'Administration de l'Université!

Sa profession de foi

Candidat élu haut la main (FSU-CGT, soutenu par SUD Education): 6 candidats, 453 voix, soit 45% des suffrages exprimés avec une participation exceptionnelle de 54.5%. Notons que le candidat SynergieS, soutenu par la présidence, peine à atteindre 19%. Lien vers twitter ULille oublie de communiquer officiellement sur ce résultat

Ses remerciements que les Affaires Institutionnelles refusent de diffuser “Le succès de la candidature Alternative est une réussite collective qui implique des collègues syndiqué.e.s et non-syndiqué.e.s, mais qui se rejoignent dans leur désir d’exercer un métier épanouissant et qui a du sens, où la solidarité prime sur la compétition. Si chacun.e d’entre nous y participe et a à cœur d’entretenir cette dynamique collective, le referendum sur l’EPE(x) sera un succès.” diffusé sur Twitter, pas le choix..

Actualités brûlantes:

3 Avril 2021: A l'EPE Université Polytechnique Hauts de France, après le Master d'enseignement en Sport, les Master Arts Plastiques et Mathématiques également menacés!

2 Avril 2021: Motion de la liste Alternative FSU-CGT au conseil de la FST sur les dangers associés au projet EPE

1 Avril 2021: Pour rire un peu dans ce contexte difficile, les étudiants parodient le film de la présidence sur le projet EPE mais soulèvent surtout les dangers du projet

29 Mars 2021: L'EPE Université de Lille 2022: un grand pas de plus vers la fin de l'Université Publique (article page 5 de la Fédération Syndicale Etudiante)

27 Mars 2021: Les étudiants de l'EPE Université Polytechnique Hauts de France lancent une pétition pour ne pas supprimer leur Master MEEF EPS pour des raisons budgétaires, et aggraver encore la précarité étudiante La pétition est ici

24 Mars 2021: les représentants étudiants Alter’Eco de Sciences Po Lille se prononcent contre le projet d’établissement public expérimental (EPE) à Lille

22 Mars 2021: le conseil de faculté de la FSJPS (Faculté des Sciences Juridiques, Politiques et Sociales) confirme son opposition à l'EPE !

Compte twitter : @epexit_ Pour suivre l'actualité


Des conséquences nocives sur l'Université

Aggravation des conditions de travail

Système d'enseignement à 2 vitesses

Impacts nocifs sur la Recherche

Mise à mal de la démocratie universitaire

Université & Écoles : 2 poids, 2 mesures... encore au détriment de l'Université

Déséquilibre flagrant au bénéfice exclusif des Écoles comme l'indiquent:

Perte de la PMJ des Ecoles: tout est perdu après la phase d'expérimentation

Dernier avant-projet de statuts: l'Université cède encore plus aux Ecoles pour les rassurer

Recours accru aux cabinets de consultants

Des inquiétudes partagées à l'Université

Les motions des facultés/UFR

Et dans les EPE déjà construits, qu'en est-il? Ce n'est pas glorieux...

L'enjeu n'est pas local, mais national: les projets d'EPE participent d'une réforme structurelle profonde de l'ESR en France!

Actualité en France sur les réformes désirées de l'ESR, s'appuyant sur les EPE:

8 Avril 2021: "Universités françaises: le rapport de l'Institut Montaigne, nouveau plaidoyer pour une hausse des frais de scolarité"

Une compilation de témoignages multiples d'EPE en place ou en construction (à marche accélérée comme à Lille):

On vous recommande aussi ces lectures:

"Les établissements publics expérimentaux : une révolution silencieuse pour l’enseignement supérieur et la recherche ?" par Sébastien Bernard. L’Actualité juridique. Droit administratif, Dalloz, 30/11/2020, pp. 2306-2313.

"Université française : mort sur ordonnance ?" par Corine Eyraud. Droit et Société, 2020/2, n°105.

"Le pari du gigantisme pour grimper dans les classements internationaux" par Christelle Gérand. Le Monde Diplomatique, Septembre 2016, pages 20-21.

"Restructuration de l'Université Publique: toujours plus de pouvoir au monde politique local, moins pour les acteurs de l'Université"

Mise en échec de fusions avec l'exemple de Lyon/St-Étienne: au final sans IDEX, on vit très bien!

start.txt · Dernière modification: 2021/05/03 14:41 par marie boichu